La Grosse Forge

 

Une Grosse Forge n'a rien à voir avec le maréchal ferrant ou avec le forgeron qui officiaient dans les villages avant 1950. Il s'agit de l'atelier qui, depuis le début du 16ème siècle, transformait en acier (communément appelé fer) la fonte sortie du Haut-Fourneau. C'était le site courant d'une métallurgie normande fort importante jusqu'aux découvertes qui permirent au 19ème l'exploitation du minerai lorrain. Cet ancêtre de l'aciérie moderne était à la jonction des mines (A ciel ouvert dans la région), des forêts, source du charbon de bois, de l'eau qui entraînait les machines. Les nombreuses autres grosses forges de la région ont disparu, celle d'Aube est restée dans son état d'origine grâce à son rachat en 1850 par des industriels voisins qui la consacrèrent au travail du cuivre jusqu'en 1939.

 

La Grosse Forge d'Aube est un témoin

  • unique et remarquable, exceptionnellement conservé, de la période dite du procédé indirect. Les équipements les plus récents et les adaptations n'ont guère changé son aspect primitif.
  • capital de la façon dont a été vécue la Révolution Industrielle au 19ème siècle.
  • marquant de l'apparition, dans les années 1980, de l'archéologie industrielle, toute jeune discipline alors.

 

La Grosse Forge d'Aube est reconnue :

  • 1980, année du patrimoine, présence à l'Exposition du Grand Palais.
  • 1982, classement Monument Historique.
  •  Reconnaissance par l'Education Nationale : Antenne Pédagogique.
  •  Participation à de nombreux réseaux techniques et touristiques.

Le procédé indirect : Avant la Grosse Forge et jusqu'au 12ème siècle on transformait le minerai, directement sur le lieu de l'extraction, après l'avoir amolli dans un bas fourneau et martelé jusqu'à l'obtention d'un objet, arme ou outil. Ensuite suivit une période mal connue au cours de laquelle les sites de transformation se fixèrent.

 

Les progrès techniques amenèrent la fusion du métal : à partir du 15ème siècle le haut-fourneau procure la fonte que l'on peut mouler, mais qui doit partir à la Grosse Forge si l'on veut obtenir de l'acier : c'est le procédé dit indirect en raison de ces deux étapes.

 

Ce progrès est une révolution aux nombreuses répercussions historiques en matière de technique, d'organisation du travail, de vie quotidienne et de mutation de la société.

Association de la Grosse Forge d'Aube - 2014